Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/12/2010

SCANDALE à la SACEM : Salaires 600.000 € par an

bernard_miyet.sacem.jpg
Bernard Miyet, président de la SACEM, touche 600.000 € par an, soit 50.000 € / mois !!
A rapprocher de la traque aux Réveillons publics en Lozère, pour faire "cracher au bassinet" les organisateurs. Indécent? Non??
Cela devrait être les Auteurs et Compositeurs qui devraient en bénéficier! Non?

Lisez ci-dessous:

http://njuice.com/La-SACEM-sexplique-devant-les-dputs-sur...
http://claude-soula.blogs.nouvelobs.com/archive/2010/12/20/salaires-scandale-a-la-sacem.html

Salaires 600.000 € par mois: scandale à la SACEM

_______
LOZERE
La SACEM scrute les réveillons

Probablement pour augmenter les salaires de leurs dirigeants, en taxant les petits organisateurs, même ceux qui ne font pas payer et offrent la soirée à leurs adhérents.
Cela ne vous choque pas un tout petit peu?


Dans la nuit de la Saint-Sylvestre, Marc Giraud, un agent de la Sacem, basé au Puy-en-Velay, va sillonner le département de la Lozère pour contrôler que les réveillons organisés ont tous été déclarés. La Sacem perçoit en effet des droits d'auteurs, entre 5 et 7% du prix d'entrée, en fonction du type de musique, avec orchestre ou avec disques.

Pour la seule soirée du réveillon, ces droits d'auteurs perçus s'élèvent « à plusieurs milliers d'euros » pour la Sacem. « Mais la Lozère est un bon élève » en la matière, reconnaît Marc Giraud.

_______________________________
http://www.midilibre.com/articles/2010/12/31/MENDE-La-Sacem-scrute-les-reveillons-de-Lozere-1496346.php5

Ce soir, pendant que tous les Lozériens, ou presque, marqueront en chantant le passage à la Nouvelle année, un agent de la Sacem (Société des auteurs compositeurs et éditeurs de musique) veillera à ce que tous ces réveillons publics soient déclarés auprès de sa société.

Parti du Puy-en-Velay, siège de la délégation de la Sacem pour la Haute-Loire et la Lozère, Marc Giraud sillonnera les routes lozériennes, à la recherche des organisateurs de réveillons récalcitrants. Mais en l'occurrence, « la Lozère est un bon élève », reconnaît-il.

Une cinquantaine de réveillons vont ainsi avoir lieu dans le département, dans la nuit prochaine. Des grosses soirées dansantes comme à La Canourgue, Langogne, Aumont-Aubrac ou Marvejols, mais aussi de plus petites dans les salles des fêtes
de villages.

Pour tous ces réveillons dansants, la Sacem perçoit des droits d'auteurs, entre 5 et 7 % du prix d'entrée, selon qu'il y a un orchestre ou des disques. Des réductions, comprises entre 25 et 35 %, sont accordées à ceux qui déclarent ou règlent cette redevance à l'avance. « Nous incitons les gens à déclarer leur manifestation le plus tôt possible, rappelle Marc Giraud. Et ils le font vraiment bien, en général. Nous n'avons pas de souci de ce côté-là ».

Les restaurants qui organisent un réveillon sont eux aussi soumis à ces droits d'auteurs de la Sacem. Quant aux discothèques, elles ont un contrat annuel avec la société, basé sur leur chiffre d'affaire, qui inclut de fait la séance du Nouvel An.

Même s'il reste évasif sur la question, Marc Giraud reconnaît que les droits d'auteur perçus par la Sacem pour cette seule soirée de réveillon s'élèvent à « plusieurs milliers d'euros, entre 5 et 6 000 pour le département de la Lozère. Mais nous n'avons vraiment aucun problème avec les organisateurs lozériens. Dans la plupart des cas, ils acceptent et comprennent ».

Cet agent de la Sacem revendique le fait de pratiquer « un métier noble, dans la mesure où les auteurs compositeurs qui ont créé cette musique, et qui nous font rêver, peuvent être rémunérés. C'est en quelque sorte grâce à eux, représentés par la Sacem, que les convives qui se rendent dans les salles des fêtes, les restaurants, les discothèques, passent entre amis le cap d'une nouvelle année en compagnie d'un orchestre ou d'un DJ. Tous les styles musicaux étant joués ce soir-là ». Et leurs créateurs peuvent ainsi vivre de leur art.
Thierry LEVESQUE

sacem,thierry levesque,marc giraud,bernard miyet,président de la sacem
Article du POINT avril 2010

Commentaires

Le pouvoir n'est pas toujours une bonne chose.
Encore des personnes qui s'en mettent plein les poches sur le dos d'autres qui bossent comme des fous.
Un détournement de fonds légal !!!!!

Écrit par : Anita le Clown | 02/01/2011

Bonjour,
Très intéressant l'article du Midi Libre. Chez nous en Drôme ils sont un peu moins courageux mais nous contrôlent quand même trop souvent bien que notre fédération départementale et nationale ait un partenariat de tarif avec eux. De plus B.MIYET est drômois.... En doc joint un article du Point rajoutant de l'eau à votre moulin. (vous trouverez l'article plus haut dans la note)
Bon W E
Cordiales et festives salutations

Michel
comite-des-fetes-de-tain.over-blog.com

Écrit par : MR | 07/01/2011

Les commentaires sont fermés.